C'est l'histoire d'une jolie bossue...

Publié le par 3poulesenchocolat

Je continue dans les classiques du goûter…la madeleine !
Alors, entre elle et moi, c’est une histoire compliquée et passionnelle, je la trouve trop capricieuse cette demoiselle. Oui parce que j’adore les madeleines mais seulement si elles ont des bosses sinon, ça ne me fait pas le même effet, pas vous ?

J’ai testé un nombre de recettes…je ne compte même plus, parfois j’avais la bosse mais la plupart du temps, rien ou un léger gonflement qui me donnait envie de jeter le moule par la fenêtre (oui, je suis comme ça, un peu sanguine dans ces cas-là).En parlant de moule, pareil, je pensais que ça venait de là mais pas du tout finalement, silicone ou pas, visiblement, ça n’a pas d’incidence sur cette fichue bosse (sauf pour démouler et avoir une belle madeleine donc moi, j’opte pour le silicone).

Et puis, au-delà de ce problème de bosse, y’a aussi le goût car quel intérêt d’avoir un dromadaire si le goût n’y est pas ? Bon, comme vous pouvez le constater, gros gros problème existentiel (déesse de la pâtisserie, fais-moi un signe).

Mais, je pense qu’à ce jour…mon problème est réglé grâce à plusieurs choses. Tout d’abord, je me dois de remercier ma copine Sophie qui lors d’une de nos nombreuses conversations pâtisseries-cuisine-bouffe-restos et j’en passe, me propose de tester la recette de son grand-père cuisinier qu’elle estime inratable (ah mais moi, je peux te garantir que j’ai la bosse à chaque fois, m’a-t’elle dit ! ! arghhhhhh, et pourquoi pas moi ?).
Comment refuser une telle proposition ? Moi, la looseuse de la madeleine.

Du coup, je me suis empressée de tester cette recette exceptionnelle et je ne sais pas si c’est la chance du débutant mais…oh MIRACLE ! des madeleines gonflées, dodues, bosselées, moelleuses et excellentes.
Ca m’a mis en confiance direct avec la recette de Papy et rebelotte, une autre fournée quelques jours plus tard mais…petite bosse et beaucoup moins jolies, pourquoi ? je ne sais pas vraiment (par contre, toujours aussi goûteuses).

De là, j’ai enchaîné les fournées (certaines de mes amies peuvent en témoigner…bah oui, parce que forcément les goûters avec les copines se sont résumés à des…madeleines, trop dur !) et tous les essais qui vont avec.
Et moi qui croyais que cette histoire de choc thermique était une légende et ne servait à rien…eh bien, je suis revenue un peu dessus car après de nombreux essais la bosse est réapparue à la seule condition d’avoir laissé ma pâte au frais plusieurs heures (voire une nuit) et de jongler avec la température de mon four lors de la cuisson.

Tout ça pour ça, vous allez me dire ? Bah oui, je suis désolée mais avec cette condition, j’ai eu la bosse à tous les coups (je ne sais pas si c’est de la bosse de compèt’ mais au moins y’a une bosse et pas un léger dôme)…et pour le goût, la recette de Sophie est, pour moi, une valeur sûre (j’ai constaté la différence lorsque j’ai vu la texture de la pâte avant cuisson, rien à voir avec ce que j’avais pu faire auparavant).
Vous me suivez au pays des dromadaires ?

MADELEINES

C'est l'histoire d'une jolie bossue...

Pour une vingtaine de madeleines
préparation : 20 minutes
repos : 2 heures minimum
cuisson : 12 à 15 minutes
ingrédients :
3 œufs (les peser avec la coquille)
-  farine 2/3 du poids des œufs
-  sucre 2/3 du poids des œufs
-  fécule de pomme de terre (ou maïzena) 1/3 du poids des œufs
-  beurre très mou 2/3 du poids des œufs
-  1 cuillère à café de levure chimique
-  les zestes d’un citron (ou orange) non traité
-  1 pincée de sel (gros sel pour moi, je ne mets que ça dans mes pâtisseries)

C'est l'histoire d'une jolie bossue...

réalisation :

Prélever les zestes du citron et réserver.

Placer un récipient au bain-marie à feu doux, y verser le sucre et les œufs un à un en fouettant entre chaque ajout, bien faire blanchir le mélange, il va épaissir un peu et doubler de volume (je n’ai pas trouvé mieux que le batteur).

Retirer le récipient du feu et laisser le mélange refroidir.

Lorsque le mélange a refroidi, ajouter la farine, la fécule, la levure et la pincée de sel en fouettant énergiquement, j’ai continué au batteur mais il peinait un peu car le mélange était plus compact.

Ajouter le beurre très mou (pommade) et les zestes.

Placer au frigo au moins 2 heures (plus, c’est mieux).

Préchauffer le four à 230° (th.8).

Remplir les empreintes du moule à madeleines (préalablement beurrées et farinées si nécessaire) aux ¾, enfournez en baissant la température du four à 200° puis à 180° au bout de 5 minutes de cuisson.

Prolonger la cuisson d’environ 7-8 minutes en surveillant, les sortir du four lorsqu’elles sont dorées à point.

Démoulez les madeleines dès la sortie du four.

petit conseil : si vous voulez réaliser une coque de chocolat (comme sur les photos), il vous suffit de mettre un gros carreau de chocolat (moi, je mets 1 pistole ½ de chocolat valrhona) dans les empreintes de votre moule et de le replacer dans le four chaud. Lorsque le chocolat a fondu, bien le répartir au pinceau dans les empreintes et y remettre les madeleines, laissez durcir, démoulez délicatement et vous avez une belle coque de chocolat.

petite info : pour les moules, je vous invite à aller faire un tour par ici, Nathalie se fera un plaisir de vous renseigner. Ils sont vraiment top selon moi, le démoulage est parfait, le matériau de qualité, ils se nettoient très facilement (main ou lave-vaisselle) et la prise en main est très pratique.Je le dis en toute objectivité car ce sont des moules que j’ai acheté (ce ne sont pas des cadeaux) donc si j’en parle, c’est que je suis satisfaite et convaincue.

C'est l'histoire d'une jolie bossue...

Je crois que c’est l’article le plus long que j’ai écrit depuis le début du blog mais ça méritait bien tout ça !
Bon, j’espère vous avoir un peu éclairé sur « le mystère madeleine »…sachant que mes recettes sont testées, retestées (et approuvées par un public très exigeant, vous vous doutez bien), encore et encore pour être les plus fiables et abordables possible mais je ne suis pas infaillible donc n’hésitez pas à me donner votre avis, vos astuces, vos mots doux, bref, tout ce que vous aurez à me dire.
De toutes façons, ma quête de la madeleine parfaite ne s’arrête pas à cet article, il y en aura d’autres et des déclinaisons aussi.
Je termine par un grand MERCI à Sophie pour cette recette (et toute la pub qu’elle fait pour mon blog),  la cuisine/pâtisserie, c’est du plaisir mais aussi du partage…notion qui prend tout son sens avec cette exemple !
Et n’oublions pas une petite dédicace à ma goûteuse de pâte préférée (après mes enfants) qui s’est dévouée pour l’approuver avant cuisson, merci Anne-Claire, ton avis et tes encouragements dans ma cuisine me sont indispensables.
A vos bosses…

 

Les 3 poulettes se promènent sur Facebook, venez nous suivre

 https://www.facebook.com/pages/3-poules-en-chocolat/475876459233008

et sur instagram ingrid_3poulesenchocolat

C'est l'histoire d'une jolie bossue...
C'est l'histoire d'une jolie bossue...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Manon 30/01/2016 11:03

Cela fait plusieurs fois que la maîtresse d'une des poulettes me dit qu'il faut absolument que je teste les madeleines de Mme S. ! "Tu vas voir c'est magique !" Pâte préparée hier au soir, sortie du frigo ce matin, hop au four ! Et là le miracle : POUF ! la petite bosse ! Seule soucis pour moi, c'est une bossue-tordue... La chaleur tournante de mon four, tourne trop... La prochaine fois, je testerai en four traditionnel. Et pour vous chaleur tournante ou four traditionnel ?

3poulesenchocolat 11/02/2016 22:24

merci merci!moi aussi chaleur tournante mais du coup, bonne idée, je vais tester la cuisson au four traditionnel car je l'ai parfois la petite bosse tordue.

Catherine du Rhône 04/12/2015 17:52

Finalement j'ai commencé par les madeleines, merci pour cette recette (et pour les belles photos qui accompagnent ), elle fonctionne très bien et ça a été un vrai plaisir de voir pousser la bosse dans le four..J'ai eu un peu de mal au démoulage de la coque en chocolat peut-être à cause de mon moule qui est dur mais je suis quand même contente de mes bossues...

3poulesenchocolat 06/12/2015 19:22

merci beaucoup pour ce gentil commentaire!Effectivement, le démoulage des madeleines est toujours un peu périlleux et encore plus lorsque l'on rajoute une coque en chocolat.

Anonyme 24/03/2015 21:20

... je suis là anonymement pour que l'on ne me reconnaisse pas : reste-t-il un peu de pâte crue quelque part ? je suis en manque ! (et la pâte crue, elle a pas d'bosse, mais on l'aime quand même !!) ...

3poulesenchocolat 25/03/2015 17:31

farceuse!!réapprovisionnement de pâte crue quand tu veux Madame Anonyme.

Sophie 22/03/2015 17:46

Voila, j'ai longuement reflechi au commentaire que je posterai à propos de ma madeleine de Proust, cela sera bref...
Easy la madeleine, MERCI

3poulesenchocolat 22/03/2015 18:50

surtout excellente!

chocoladdict 11/03/2015 22:35

c'est un pic, c'est un roc, c'est une péninsule ...non sans blague quelle bosse ça me donne envie de croquer dedans !

3poulesenchocolat 12/03/2015 08:42

Belle référence...ça fait plaisir!c'est vrai que ça se laisse bien croquer ces petites bêtes-là!

guy 09/03/2015 19:08

pour le week-end de pâques on veut bien les gouter.

3poulesenchocolat 10/03/2015 12:57

c'est noté!!

Céline 09/03/2015 10:50

Hahi....la psychopathe de la bosse!!!!!! Je confirme qu'elle ne s'arrête d'en faire que quand la bosse est parfaite!!!! Bon perso je ne m'en plaint pas....ca nous a permis d'avoir un super gouter samedi ;-)
Titi a, comment dire, ...boulotter celles au chocolat!! Etonnant hein? ;-)
Bon donc je confirme....trop bonnes...y a plus qu'à!!
Au fait, les photos...j'suis trop fan ;-)
Bises

3poulesenchocolat 09/03/2015 11:07

MERCI MERCI MERCI!!!!bisous

Chocolaterie Monet 08/03/2015 10:33

Ah oui des madeleines sans bosses ce ne sont pas des madeleines! Petite astuce aussi, pour le chocolat, que le moule soit bien propre, net afin d'obtenir un beau brillant...

3poulesenchocolat 09/03/2015 11:02

Merci pour le conseil et pour votre visite!